Éthiopie, Pugnido - Nouvelles de Don Filippo Perin

26 avril 2016

Père Filippo Perin qui vit à Pugnido, dans le parc de Gambela, nous écrit pour nous informer sur une situation dramatique…

Chères amies, chers amis,

Comment allez-vous ?

J'espère que vous allez bien. La période du Carême est presque finie, nous sommes arrivés au dimanche des rameaux et au début de la semaine sainte.  

Comme les medias l’ont rapporté, vendredi 15 avril, la tribu soudanaise des Murle a attaqué le village de Jikawo dans la zone Nuer de la région de Gambela, proche de la frontière, et a tué des personnes, enlevé des enfants et volé des vaches. Cela a été un massacre ; jusqu’à présent, on compte 208 personnes tuées, plus de 100 enfants enlevés et environ 2000 vaches volées. Plus que 100 Murle sont arrivés avant le lever du soleil, entouré quelques villages et mené les attaques.

Tout de suite, l’armé du centre le plus proche dans la ville de Lare et ensuite de Gambela s’est précipité sur place et a commencé une fusillade contre les Murle. Beaucoup d’entre eux ont été tués, mais la plupart a échappé.

Bientôt, dans la région de Gambela et partout en Ethiopie la nouvelle s’est répandue. Le Ministère de l’Intérieur a envoyé de nombreux soldats à Gambela pour soutenir la population et ramener les enfants enlevés chez eux.

Les forces gouvernementales du Sud Soudan et de l’Ethiopie sont en train de se préparer pour aller dans la région où les Murle vivent afin de trouver les enfants et arrêter les auteurs de ce massacre. On dit que les premiers contacts ont déjà été pris pour ce qui regarde les enfants.

Dans la région de Gambela nous vivons trois jours de deuil et commémorons ce qui s’est passé par des manifestations. Nous sommes solidaires à l’ethnie Nuer.

Aujourd’hui à Pugnido il y a été une réunion des citoyens avec le Ministre de l’Intérieur et le vice-président de la région, pour connaitre et discuter ce qu’ils voudraient faire pour contraster les Murle. Tandis que nous étions en train de faire le chemin de croix en plein air, un hélicoptère militaire a survolé notre église ; tous les enfants ont couru dans sa direction dans l’espoir qu’il atterrisse quelque part, ce qui nous a obligés d’interrompre le chemin de croix.

Notre pensée s’adresse aux personnes tuées. Moi, j’ai vécu six ans dans la région de Nyinenyang. J’ai également été plusieurs fois dans le village de Jikawo, pour vérifier la possibilité de construire une petite église, mais vu qu’elle serait trop proche du fleuve, nous nous sommes déplacés à Biro Mitol et à Nib Nib, où nous allions pour enseigner le catéchisme. Là-bas j’ai laissé beaucoup d’amis et j’espère qu’ils vont bien, mais je n’ai pas encore des nouvelles de leur part.

Ici à Pugnido tout va bien ; le père Giorgio Pontiggia aussi va bien. La semaine passée nous avons reçu la visite de Giorgio et sa femme Alessandra, qui ont fini l’installation des panneaux solaires pour la production d’électricité et le fonctionnement des pompes à eau. Il s’agit d’un projet très beau pour lequel je remercie Giorgio et tous les amis de « Dimmi » de San Donà del Piave (Italie).

Salutations et prières pour ces pauvres gens.

A bientôt !

Abba Filippo